Home » Articles posted by admin

Author Archives: admin

Pascale DESPINETO nous a quittés.

Pascale Despineto, Echevine de la Population

C’est avec beaucoup de tristesse que la section DéFI d’Auderghem a appris le décès de Pascale, cheville ouvrière de notre section.

Pascale a été, pendant 30 ans, Echevine d’abord de la jeunesse et ensuite des Solidarités, des Affaires européennes, des Animations, de la Population et de l’Etat Civil tout en menant en parallèle sa carrière professionnelle au sein de l’ONSS.

Pascale a joué un rôle déterminant dans la redynamisation de la commune:

  • À l’origine du concours « Fleurir Auderghem »,
  • des Apéros du Boulevard,
  • le Marché de Saint-Julien,
  • Soutien indéfectible dans l’organisation de nombreuses animations et fêtes de quartier.
  • La création du syndicat d’initiative d’Auderghem
  • La première ouverture au public du domaine de Val duchesse.
  • Toujours proche des enfants, c’est grâce à Pascale et son mari, Christian, que l’on bénéficie, chaque année de la visite de Saint Nicolas dans nos quartiers.

 

Son dernier grand chantier aura été la réorganisation du service de l’État civil en vue de l’arrivée du nouveau Chirec, 


« Pascale était une personne déterminée, généreuse et très impliquée dans la vie de la commune, déclare Didier Gosuin, bourgmestre empêché d’Auderghem et ami proche. Elle a toujours été fidèle à sa parole, fidèle à ses engagements, fidèle à ses amitiés. C’était quelqu’un sur lequel on pouvait réellement compter, une qualité devenue trop rare aujourd’hui. Elle va beaucoup nous manquer. »

IMPÔTS LOCAUX : payer moins pour avoir plus ? On continue !

Cette année encore, vous paierez 650 € d’impôts locaux en moins que vos voisins etterbeekois et boitsfortois.

Ce « privilège », vous en bénéficiez par le simple fait d’habiter Auderghem.

Un hasard ? Pas vraiment…

Chaque année, le budget auderghemois affiche un résultat positif. 

Il s’agit d’un cas unique à Bruxelles. Pourquoi ?

D’abord parce que, contrairement aux autres communes, Auderghem limite ses frais de fonctionnement (ils ne représentent même pas 10% du budget total).

Ensuite, parce que nous avons décidé de mener une politique à long terme pour attirer de nouveaux habitants issus de la classe moyenne, ce qui augmente mécaniquement les recettes fiscales de la commune.

Enfin, parce qu’Auderghem n’a jamais cessé d’investir malgré la crise.

Résultat : il y a plus de crèches, plus d’écoles, plus d’infrastructures sportives et plus de services que dans les autres communes. Les sous publics, ce sont vos sous. 

« Pour nous, Défi, il est normal que vous payiez moins pour avoir plus. »
Christophe MAGDALIJNS, bourgmestre faisant fonction

AUDERGHEM parmi les CHAMPIONS des factures payées à temps

Une commune fait appel à un grand nombre de fournisseurs. Pour rénover les trottoirs, alimenter les cantines scolaires, équiper les crèches, entretenir les équipements collectifs, etc. Elle fait ainsi vivre des centaines de PME et d’indépendants.

 

Christophe MAGDALIJNS, bourgmestre faisant fonction : « Le bureau Graydon vient de publier une étude sans équivoque : en Belgique, les pouvoirs publics paient très en retard leurs fournisseurs. Sauf Auderghem qui est l’une des seules à honorer toutes ses factures à temps ».

Un contrat est un contrat. Pour nous, bien gérer le bien public, c’est aussi cela.

 

AUDERGHEM 21 est un processus participatif inédit en Région bruxelloise.

Auderghem 21 est un processus participatif inédit en Région bruxelloise.

C’est aussi une vision à long terme pour notre commune.

Une vision réfléchie, discutée et partagée par 567 Auderghemois de tous âges et de toutes origines.

Des Auderghemois comme vous et nous qui ont décidé de s’investir en imaginant le meilleur pour l’ensemble de la communauté auderghemoise. 

Vous l’avez prouvé : la participation citoyenne a toute sa place dans la gestion d’une commune

En lançant il y a deux ans le processus Auderghem 21, nous avons fait le pari d’un nouveau modèle de démocratie participative. J’en suis en effet plus que jamais convaincu : nous devons penser la ville de demain autrement. Nous devons nous mobiliser et faire appel à notre intelligence collective pour co-construire notre avenir.

Je le constate tous les jours. Beaucoup d’entre vous s’engagent au quotidien dans nos quartiers. Que ce soit dans des associations, en donnant un coup de main à ses voisins, en agissant au sein d’un mouvement…

Si tant de gens s’engagent pour notre commune, c’est parce qu’ils savent que leur commune s’engage pour eux. C’est cela qui fait qu’Auderghem est unique et singulière. Qu’elle trouve la capacité d’innover, de déployer de nouveaux services, de lancer des projets pilotes, solidaires et engagés.

Le succès d’Auderghem 21 n’est donc pas notre succès : c’est le vôtre. En vous engageant, vous avez prouvé que la participation citoyenne a toute sa place dans la gestion d’une commune : la ville de demain, c’est avec vous que nous l’inventerons.

Christophe MAGDALIJNS,

Bourgmestre faisant fonction

Alain LEFÈBVRE, échevin du développement durable :

« La participation citoyenne, tout le monde en parle mais peu osent vraiment la mettre en pratique. Nous, ce que nous voulions, c’était sortir de la théorie. Et le résultat est là : Auderghem 21 est l’une des actions de participation citoyenne les plus vastes jamais menées par une commune bruxelloise.

Des Auderghemois se sont engagés, ont consacré leurs soirées, passer du temps à réfléchir, pris la peine de répondre aux enquêtes. Ils ont dit clairement ce qu’ils voulaient pour leur commune, en définissant des priorités pour l’avenir et en imaginant des pistes d’actions concrètes ».

De nouveaux workshops seront organisés ce printemps. Avec pour horizon, la mise en place d’un plan d’actions et une vision à long terme de notre commune. 

SYNTHÈSE DES VISIONS exprimées par les participants aux workshops Auderghem 21 réalisée à partir des résultats du deuxième websurvey.

En 2040, Auderghem est une commune bruxelloise à taille humaine, verte et pionnière, conviviale et inclusive, ouverte et partagée dont les habitants participent activement au développement durable et au maintien d’une société responsable, solidaire et basée sur les échanges.

  • Réduire le nombre de véhicules entrant dans la commune.

  • Maintenir la qualité de l’enseignement communal.

  • Résister à la pression des promoteurs immobiliers.

  • Promouvoir les initiatives de quartier. Maintenir le sentiment de sécurité.

  • Soutenir les commerces de proximité et les filières courtes…

Le processus participatif Auderghem 21 a permis de dégager pas moins de 17 objectifs stratégiques et 50 objectifs opérationnels. Avec un point commun : promouvoir et défendre notre qualité de vie.

Didier GOSUIN, bourgmestre en titre :

« Le monde change et une commune ne peut pas l’empêcher. Mais ce qui est remarquable avec Auderghem 21, c’est l’énergie positive qui s’en dégage. C’est ce en quoi j’ai toujours cru : s’engager, c’est avant tout promouvoir des valeurs et des projets positifs. C’est comme cela qu’on peut avancer ».

Tous les résultats d’Auderghem21 - diagnostic, objectifs stratégiques et opérationnels - peuvent être consultés sur le site Internet communal.

La «NOUNOURSOLOGIE» pour apprendre à ne pas avoir peur de l’hôpital

« Vous êtes parents ou enseignant ? Alors, il faut que vous découvriez cette initiative fabuleuse.

La « Clinique des Nounours » est une association qui invite les enfants non malades de maternelle et de 1ère primaire à découvrir le milieu hospi-talier… accompagnés de leur nounours !

 

Le but est de réduire l’appréhension des enfants face à l’hôpital. Le concept est vraiment original : les enfants emmènent leurs peluches « malades » à l’UCL afin de les faire soigner.

Là, ils sont accueillis par une large représentation de services et des professions médicales.

À travers différents stands, les enfants reçoivent aussi des messages d’éducation à la santé, par exemple l’hygiène bucco-dentaire, le lavage des mains ou l’alimentation. L’association organise des journées pour les écoles mais l’édition 2017 est déjà complète. Il faut donc vite s’inscrire pour 2018.

Des visites libres sont aussi proposées tous les mercredis après-midi. Il suffit de s’inscrire sur www.clinique-des-nounours.be ».

Annick Sommer, conseillère communale

AUDERGHEM, COMMUNE HOSPITALIERE. Nous, on tient à nos valeurs !

Le 2 mars dernier, le Conseil communal a voté la motion « commune hospitalière » : une position forte sur la problématique de l’accueil des réfugiés. 

 « Je tenais énormément à cette motion. Non pas parce que j’estime qu’il faut se prononcer pour ou contre les migrations. Mais parce que c’est une question de valeurs.

Si des personnes arrivent dans notre pays, nous nous devons de les accueillir dignement et avec humanité, peu importe que leur demande d’asile soit rejetée ou acceptée.

A cet égard, la politique du Gouvernement fédéral est intolérable ».

La motion auderghemoise a été adoptée à l’unanimité.

« C’est cela aussi la marque de fabrique d’Auderghem : majorité comme opposition, chez nous, personne n’envisage la politique en termes de conflit, de rejet ou de tension ».

Sophie de VOS, échevine de la Culture 

ROUGE-ClOÎTRE : un nouveau projet culturel en gestation !

Les plans sont prêts, le projet ficelé : nous venons d’introduire une demande de permis d’urbanisme pour rénover les écuries, la grange, les classes vertes et les ateliers d’artiste de Rouge-Cloître.

Bruno COLLARD, échevin des Travaux publics :

« Le projet porte sur l’ensemble des bâtiments situés les plus au Sud du site, soit tous ceux qui sont gérés par la commune, à l’exception du Centre d’Art qui a déjà été rénové ». Il permettra de redéployer un pôle animations sur le site et de consolider l’activité de Cheval et Forêt.

Sophie de VOS, échevine de la Culture :

 « Nous allons aussi réorganiser les lieux et créer un nouvel espace d’exposition. Nous y proposerons une offre culturelle différente du Centre d’Art, avec des expos plus courtes et un focus sur les artistes auderghemois contemporains ».

 

 

Les maisons de retraite ont vécu !

Le CPAS va créer un jardin potager partagé au sein de la Résidence Reine Fabiola.

« Les résidents pourront planter et récolter eux-mêmes mais surtout, ils pourront cultiver de nouveaux contacts avec le quartier.

L’école Schaller, l’école Sainte-Bernadette, le Plan vert, les riverains, les familles des résidents, des asbl environnementales et les crèches avoisinantes seront invités à prendre part au projet.

Au-delà de la dimension environnementale et du bien-être des résidents, ce jardin potager va renforcer la dynamique que nous mettons en place depuis quelques années ».

Pour DéFI Auderghem, c’est une évidence : il faut cesser de penser les maisons de repos comme des maisons de retraite. Parce ce que sont des lieux de vie qui font intégralement partie de la cité.

Véronique ARTUS, présidente du CPAS

« Profiter » du manque de places dans les crèches pour CREER DES EMPLOIS. »

Une commune qui ose s’engager à la fois sur le terrain de l’emploi, de la formation et de la petite enfance, ce n’est pas tous les jours que l’on voit ça. C’est pourtant ce que nous avons fait en créant une nouvelle formation.

Christophe MAGDALIJNS, bourgmestre faisant fonction :

« Avec cette formation, nous allons permettre l’accès à un métier peu connu, celui d’accueillant(e) conventionné(e). Par la même occasion, nous allons encore étoffer notre offre de places d’accueil pour les 0-3 ans, qui est déjà l’une des plus complètes de la fédération Wallonie-Bruxelles ».

Didier GOSUIN, bourgmestre en titre et ministre bruxellois de la Formation :

« La formation sera organisée par Bruxelles- Formation et dispensée par l’Institut Auderghemois de Promotion Sociale. C’est ce genre de collaboration entre commune et Région que nous devons encourager ». Une trentaine de candidat(e)s sont déjà inscrit(e)s .

Le chômage des jeunes bruxellois AU PLUS BAS DEPUIS 25 ANS

« Je l’ai toujours dit. Nous ne pouvons pas accepter de laisser notre jeunesse sur le carreau.

Notre vivre ensemble, notre prospérité, notre capacité à nous faire respecter en tant que Bruxellois, c’est tout cela qui est en jeu !
Soyons clair : la seule manière de redresser Bruxelles, c’est de s’attaquer au fléau du chômage des jeunes.

On ne peut pas continuer à tourner autour du pot et c’est pour cela que j’ai accepté de relever ce défi.

En 3 ans, plusieurs mesures ont été prises : garantie jeune, contrat d’insertion, réforme des aides à l’emploi, ordonnance stage…
Les premiers résultats sont là. Fin août, le nombre de chercheurs d’emploi de moins de 25 ans s’élevait à 10.140 unités, soit 1.188 unités de moins qu’en août 2015.

En 3 ans le taux de chômage des jeunes a baissé de près de 28,8%. Il est au plus bas depuis 25 ans !
Mais 33 mois de baisse consécutive ne nous autorise pas à fanfaronner.

Ce que je veux, c’est créer un cercle vertueux à 10 ans.

Et c’est pour cela que nous continuerons de mener une politique d’inclusion pour conduire les jeunes Bruxellois sur le chemin de l’emploi. Coûte que coûte ».

Didier GOSUIN, Bourgmestre en titre, ministre bruxellois de l’Économie, de l’Emploi et de la Formation

%d blogueurs aiment cette page :