Home » Matthieu Pillois

Matthieu Pillois

Engagé pour l’avenir.    

Conseiller en mobilité, je veux que la Région bruxelloise mette enfin la mobilité en tête de ses priorités !

 

Après avoir été élu conseiller communal à Auderghem, je me jette une nouvelle fois à l’eau en me présentant aux élections régionales.

Plus que jamais, je suis convaincu que notre génération doit s’engager pour construire le monde de demain.

Né à Etterbeek il y a un peu plus de 31 ans, j’ai toujours habité Auderghem avec mes parents et ma sœur. Après avoir fait mes études primaires à Notre-Dame de Val Duchesse (Auderghem) et mes études secondaires au Collège Saint-Michel (Etterbeek), j’ai obtenu mon diplôme de Master en Sciences politiques en 2013. J’ai ensuite été engagé pendant un an au service « Jeunesse » de Woluwe-Saint-Lambert avant d’intégrer mon poste actuel.

Je travaille maintenant, depuis près de 5 ans, au niveau régional bruxellois en tant que conseiller politique spécialisé dans les dossiers traitant de mobilité. Il s’agit, pour moi, d’un enjeu majeur pour le futur de notre Région.  

Si j’ai choisi de me présenter pour la première fois aux élections régionales, c’est pour défendre un projet qui ambitionne d’offrir aux Bruxellois un cadre de vie de qualité et durable.

De nature optimiste, persévérant et consciencieux, je suis convaincu que mon engagement au niveau de la Région sera bénéfique pour garantir une meilleure qualité de vie à tous ses habitants.

Le 26 mai prochain, partagez mon enthousiasme !   

Mes cinq grandes priorités :

  • investir massivement dans les transports en commun afin de développer les réseaux métro/tram/bus et garantir une meilleure couverture du territoire ainsi qu’une amélioration du confort des usagers et des fréquences des navettes ;

  • instaurer un abonnement unique « Pass Mobilité » pour tous les moyens de transport public et privés, dans toute la zone RER, et ce faisant de réduire, pour l’abonné, de 20 % le coût des transports publics ;
  • lancer un large programme régional d’isolation des bâtiments publics et privés avec l’aide, notamment, de tiers investisseurs (isolation, cogénération, etc.) ;
  • intensifier la mise en œuvre du programme régional d’économie circulaire en poursuivant l’appui aux entreprises et en développant une politique ambitieuse visant à stimuler la demande des consommateurs pour des produits et services ayant la plus basse empreinte carbone et écologique possible ;
  • développer l’offre de formation, et plus particulièrement la formation en alternance, dans les secteurs et les emplois d’avenir, notamment de l’économie digitale et de l’économie circulaire.

 

%d blogueurs aiment cette page :